Archives pour la catégorie Non classé

5 conseils pour intégrer des photos dans votre site

Dans ce billet, pas question de parler prise de vue, retouche, balance des blancs et autres notions photographiques. L’idée est simplement d’aborder quelques règles simples à mettre en oeuvre pour optimiser le rendu de vos photos lorsque vous les intégrez sur le web.

1. Quel poids maximum ?

Il est difficile d’établir une règle universelle, mais dans 99,9% des cas, il est possible de se limiter à des photos dont la taille ne dépasse pas les 300 Ko.

Et dans 90% des cas, on peut facilement descendre en dessous de 200 Ko. Si la photo que vous souhaitez mettre en ligne dépasse allègrement le méga-octet (Mo), vous devriez vérifier qu’elle utilise un format de fichier adéquat, et que sa résolution n’est pas trop importante au regard de l’utilisation que vous souhaitez en faire.

2. Quel format de fichier utiliser ?

Par format, on entend ici la méthode d’encodage utilisée pour convertir votre photo en fichier informatique. Il existe de nombreux formats, certains non-compressés (RAW, DNG, TIFF…) et d’autres compressés (JPEG, PNG…).

Mais fort heureusement, dans notre cas, la règle est simple : pour des photos en couleur, c’est le format JPEG qui prévaut. Et ça tombe très bien, car la quasi totalité des appareils photo (et des smartphones) du marché vous permettent de récupérer des photos dans ce format.

3. Quelle résolution pour mes photos ?

La résolution d’une photo numérique correspond au nombre de pixels (l’unité de mesure en imagerie numérique) utilisés pour afficher la photo. Lorsque vous prenez une photo avec un appareil 10 megapixels, votre prise de vue numérique est composée d’environ 10 millions de pixels.

10 millions, ça fait déjà un sacré paquet de pixels, surtout quand on sait que l’écran d’un internaute moyen ne peut en afficher que 1,5 à 2 millions.

Face à cet excédent de pixels, un choix s’impose :

  • Soit vous laissez la photo dans sa taille originale, et dans votre page web vous indiquez la taille d’affichage souhaitée dans votre balise <img> grâce aux attributs width et height :
  • <img src="10-millions-de-pixels-rien-que-pour-mon-geranium.jpg" width="800" height="600" />
  • Ou alors vous redimensionnez votre photo au préalable afin qu’elle ait une dimension plus proche de celle que vous utilisez sur votre page web (en l’occurrence 800×600 = 480 000 pixels, soit environ 0,5 megapixels) :
  • <img src="mon-geranium-on-ze-web.jpg" width="800" height="600" />

Dans le premier cas, un internaute visitant votre page web va télécharger votre photo en taille originale : 10 megapixels « pèsent » au moins 2 Mo, il faudra donc compter entre quelques secondes et quelques dizaines de secondes pour afficher l’image complète.

Dans le deuxième cas, l’internaute récupère votre image réduite à 0,5 megapixels : elle pèse 20 fois moins lourd, l’affichage est quasi-instantané, l’internaute est heureux et en plus il n’a pas explosé son forfait smartphone en consultant votre site.

Bref, vous l’aurez compris : il faut redimensionner vos photos avant de les publier sur votre site. A savoir : si vous publiez vos photos sur un réseau social tel que Facebook, Twitter ou Google+, ce dernier les redimensionnera pour vous. Certains outils en ligne tels que WordPress ou Hôtentic (oui, il s’agit bien d’une pub  à peine dissimulée) vous permettent également de le faire automatiquement.

4. Au final, comment procéder ?

Les traitements évoqués ci-dessus « enlèvent » de l’information à vos photos et sont donc irréversibles. Il est important de les exécuter dans l’ordre qui cause le moins de dégâts, tout en gardant systématiquement une copie des originaux.

On pourra retenir les points suivants :

  • Si votre photo est initialement au format JPEG, évitez de lui ré-appliquer une nouvelle compression JPEG. Jouez plutôt sur sa résolution pour réduire son poids.
  • Lorsque vos photos sont dans un format non compressé (TIFF, RAW, DNG…), la compression au format JPEG doit arriver en dernière étape, après les éventuelles retouches et le redimensionnement.
  • Si par contre votre photo est à la base au format JPEG, alors votre dernière étape sera son redimensionnement, après les traitements que vous souhaiterez lui appliquer.

5. Et le 5ème conseil ?

Un 5ème conseil ? Ah, à cause du titre ?

Hm, en effet.

Et bien, pour conclure, il est a-bso-lu-ment capital de *OH MON DIEU DERRIERE VOUS C’EST AFFREUX*

 

 

Le glossaire (humoristique) du web est en ligne !

En ce Mercreday 4 Décembre, nous vous proposons de prendre un peu de recul sur notre utilisation intensive de « beuzwordz » et de faire un peu d’auto-dérision au passage.

L’objectif de ce glossaire est double :
- Mettre de vraies définitions sur des termes fréquemment utilisés dans le jargon internet, et notamment dans le e-tourisme
- Tenter de rendre la chose ludique et participative, avec de vrais morceaux d’humour dedans

On commence avec les définitions de SEO (prononcer ‘essiho’) et Responsive (prononcer ‘raisponsiv’), et ça se passe ici.

Gîtes et chambres d’hôtes, pour votre site web, pensez Local !

Dans un précédent article, j’ai tenté de démontrer qu’il était préférable pour un propriétaire d’hébergement touristique de mettre l’accent sur la qualité de son site web plutôt que de tenter d’améliorer à tout prix son classement sur les principaux moteurs de recherche.

Il existe cependant certaines démarches gratuites et simples dont il serait vraiment dommage de se passer lorsque l’on souhaite gagner en visibilité sur le web. En l’occurrence, je vais tenter d’expliquer ici pourquoi il est important d’inscrire votre hébergement sur Google Local (aussi appelé Google Adresses, ou encore Google Places).

Google Local, qu’est-ce donc ?

Google Local est un des nombreux services proposés gratuitement par Google dont le but est d’améliorer la qualité du contenu proposé dans les résultats du moteur de recherche.

Le principe est simple : toute entreprise peut remplir en ligne une fiche « Google Adresses » où elle fournit autant d’informations qu’elle le souhaite sur son activité. Pour vérifier l’authenticité des données, Google envoie ensuite un code par courrier postal à l’adresse fournie. Une fois le code saisi par l’entreprise à l’initiative de la demande, les informations sont validées et disponibles dans les résultats de recherche Google.

Pour Google, c’est un moyen efficace de garantir la qualité du contenu proposé dans son moteur de recherche. Pour l’entreprise référencée, c’est un gain en visibilité sur le web car Google valorise (entre autres) les données complètes et à jour dans ses résultats de recherche.

Le service est gratuit, mais il y a une contrepartie : la création d’une fiche Google Adresses nécessite un compte Google qu’il vous faudra créer si vous n’en avez pas.

Quel intérêt pour un hébergement touristique ?

Une fiche en première page

Sous certaines conditions, votre inscription sur Google Adresses peut tout simplement vous propulser en première page des résultats Google. En effet, lorsque les recherches comportent des critères de géolocalisation (ex : « chambres d’hôtes à Quimper »), Google affiche une partie des résultats au format Google Maps :

recherche_chambres_hotes_quimper

Résultats de recherche pour « chambres d’hôtes Quimper »

Or ces résultats ne sont pas tout à fait soumis aux mêmes règles de classement que les résultats standards. Bien sûr, les facteurs habituels jouent (notoriété du site, nombre de liens entrants, qualité du contenu, etc…), mais ils sont complétés par des règles spécifiques aux résultats de recherches géolocalisées. Et si l’algorithme utilisé reste bien entendu confidentiel, Google indique clairement les principaux critères pris en compte :

La pertinence

L’adéquation entre les informations de votre fiche Google Adresses et la recherche saisie. Une fiche complète et à jour aura donc plus de chances d’être jugée pertinente, car elle générera des clics dans les résultats de recherche.

La distance

Plus votre adresse est proche du lieu indiqué dans la recherche, mieux votre fiche sera classée. Lorsque la recherche porte sur le nom d’une ville, il semblerait que la distance par rapport au centre ville soit celle qui soit utilisée (ça n’est qu’une facteur parmi beaucoup d’autres cependant).

Quoiqu’il en soit, si votre hébergement se trouve près d’un lieu touristique susceptible d’apparaître souvent dans les requêtes de recherche, vous avez tout intérêt à vous faire connaître sur Google Adresses.

L’importance

Le dernier critère utilisé est plus « classique » : il s’agit ici de la notoriété de l’entreprise, à la fois sur le web et dans le monde « réel » (celui sans les hashtags, les http:// et autres arobases).

Pour un hébergement touristique, c’est celui qui est le moins intéressant puisqu’il s’appuie sensiblement sur les mêmes données que celles utilisées pour le référencement naturel : contenu, liens entrants, réseaux sociaux…

 

Des informations complémentaires sur votre activité

Votre fiche Google Adresses peut accueillir de nombreuses informations concernant votre activité : photos, tarifs, informations de contact…

Détails d'une fiche Google Adresses dans les résultats de recherche

Détails d’une fiche Google Adresses dans les résultats de recherche

Lorsque votre fiche est complète, elle permet ainsi de donner envie aux internautes d’en savoir plus sur votre offre d’hébergement en allant sur votre site web.

 

Un droit de réponse aux commentaires

Que vous soyez ou non inscrit(e) sur Google Local, votre gîte ou votre maison d’hôtes est probablement déjà référencé sur Google Maps (et c’est tant mieux, ça rassure les visiteurs potentiels). En effet, Google utilisant entre autres les annuaires publics pour alimenter ses bases de données, il y a de fortes chances pour que votre hébergement ait été ajouté (à partir des pages jaunes, par exemple).

Si vous apparaissez sur Google Maps en tant qu’entreprise, cela veut dire que des utilisateurs peuvent laisser des commentaires sur votre activité. Or les commentaires c’est bien, mais il faut pouvoir y répondre, qu’ils soient bons ou mauvais.

En renseignant votre fiche Google Local, vous indiquez à Google que vous êtes le ou la propriétaire de l’établissement référencé : en retour, vous recevez le droit de répondre aux commentaires qui vous sont adressés.

 

Pour résumer, en vous inscrivant sur Google Local, vous n’avez pas grand chose à perdre et beaucoup à gagner.

Alors, vous sautez le pas ?

Si oui, c’est par ici : http://www.google.fr/business/placesforbusiness/

Bienvenue !

Nous vous souhaitons la bienvenue sur ce blog dédié à la promotion des hébergements touristiques sur internetollieroise_pano

Ce blog est destiné aux propriétaires de gîtes, de maisons d’hôtes ou de locations de vacances qui souhaitent mettre à profit internet pour promouvoir leur offre d’hébergement.

Nous vous proposerons régulièrement des conseils, des informations et des dossiers taillés pour les activités d’accueil touristique afin de vous permettre de prendre votre destin (sur internet) en main.

Ah, et pour rendre la chose un peu plus ludique, nous agrémenterons ces informations de quelques photos apaisantes de nos belles régions (ici le Parmelan surplombant Annecy, en Haute-Savoie).

Bonne lecture !